Soutien à la préservation des monuments historiques afghans
Mosquée de Noh-Gonbad (Hâji Piâda)


Preservation-4
Preservation-3








La mosquée de Noh Gonbad (Hâji Piâda), datée de la première moitié du 9ème siècle de notre ère (fin du 2ème-début du 3ème s. de l’Hégire) est le témoignage exceptionnel de l’extension du pouvoir abbasside vers ses territoires orientaux. Sa décoration, qui permet de la dater, la rattache aux splendeurs de la civilisation islamique à l’époque des califes abbassides et dont les centres politiques et culturels se trouvaient à Baghdad et à Samarra, dans l’actuel Iraq. C’est non seulement la plus ancienne mosquée d’Afghanistan mais également l’un des plus anciens bâtiments du monde islamique conservé dans sa forme d’origine. Il est émouvant de penser qu’elle fut construite, au plus tard, deux cent ans après la mort du Prophète Mahomet. Cette mosquée, de plan carré de 20 m. de côté, est composée d’une salle intérieure divisée en 9 espaces carrés, par des piliers supportant des arcs sur lesquels reposaient 9 coupoles (d’où sa seconde appellation de « Noh Gonbad »). Le côté Nord-Est du bâtiment devait être ouvert vers l’extérieur.

Relevés lasérométriques

La DAFA a lancé une vaste opération de relevés lasérométriques sur la mosquée de Noh Gonbad (Hâji Piâda). L’objectif de l’opération consiste à enregistrer avec précision la totalité des éléments constitutifs du monument (décors, structure, etc.) en vue d’une intervention ultérieure visant à renforcer la structure de la mosquée, qui menace de s’effondrer. Les opérations suivantes ont débuté en 2006 et ont été poursuivies en 2007 : relevé terrain au théodolite laser, prises de vues lasérométriques, restitution des plans, coupes et élévations et photos-redressées à la précision 1/20ème, développés photographiques des arcs et voûtes. Les relevés ont été effectués par la société Art Graphique & Patrimoine (qui a déjà réalisé les relevés de plus de 400 monuments en France et à l’étranger).

Etude de la structure architecturale et des décors

La protection et l’étude de la mosquée de Noh Gonbad (Hâji Piâda) dépendent en grande partie des travaux de consolidation de la structure architecturale. Si la structure actuelle n’est pas consolidée dans les toutes prochaines années, l’édifice entier pourrait s’effondrer, faisant disparaître à jamais un monument exceptionnel et rare du patrimoine de l’humanité. Par ailleurs, aucune fouille archéologique ne pourra être entreprise sur le sol de la mosquée si les piliers existants ne sont pas consolidés. Un plan d’intervention a donc été élaboré en 2007 par un ingénieur civil, sur la base des relevés lasérométriques. Une étude a également été conduite sur la restauration des décors qui sont également menacés de disparition et qu’il faudra préserver au moment d’une intervention sur la structure.

Bibliographie sur les travaux réalisés dans les années 1960 :
- G.A. POUGATCHENKOVA, Les monuments peu connus de l’architecture médiévale de l’Afghanistan, Afghanistan XXI (n°1), 1968
- S. MELIKIAN-CHIRVANI, La plus ancienne mosquée de Balkh, Arts Asiatiques XX, 1969
- L. GOLOMBEK, Abbasid mosque at Balkh, Oriental Art XV (3), Autumn 1969

Etudes et rapports conduits par la DAFA :
- C. ADLE, A preliminary draft report on the Noh-Gonbad / Gonbadân (Hâji-Piâda) ‘mosque’ at Balkh
- D. IBLED, Preliminary study for the restoration of the sculpted decorations in the Hâji Piâda mosque
- U. TONIETTI, The Hâji Piâda mosque in Balkh – First report on the state of the building
- Afghanistan – Mosquée d’Hâji Piâda / Lasérométrie, Art Graphique & Patrimoine
- Hâji Piâda – Action plan 2007-2009, Dafa,