Formation aux techniques de la restauration de matériel archéologique



Formation Restauration-2
Formation Restauration-1
Formation Restauration-3



















Les formations organisées en 2008 ont été la première étape d'un programme qui se déroule en étroite coopération avec le Musée national d’Afghanistan. Trois sessions ont été organisées en 2008  par des restaurateurs français, spécialisés dans le domaine de la conservation des sculptures et des peintures murales, sous la forme de cours théoriques et d’ateliers pratiques.

Ces sessions de formation ont traité de l’introduction aux bases théoriques de la restauration (printemps 2008) réalisée par Anne-Laure Goron, restaurateur du patrimoine, spécialiste de la restauration des sculptures, de la consolidation-dessalement dans le domaine de la restauration des sculptures (été 2008) également réalisé par Anne-Laure Goron, de l’introduction à la restauration des peintures murales (automne 2008) réalisée par Emilie Checroun, restaurateur du patrimoine, spécialiste de la restauration des peintures murales.

Ces cours de formation visaient à :
- mettre à jour les bases de la conservation-restauration dans le domaine des sculptures et des peintures murales,
- renouveler les connaissances du personnel du musée sur ce sujet spécifique,
- préparer les restaurateurs du musée à d’autres sessions de formation qui traiteront de sujets plus complexes et plus spécifiques.
Certains restaurateurs du Musée national d’Afghanistan ont eu l'occasion de se former à la restauration des sculptures (en particulier en pierre) aux États-Unis, au Japon ou encore en Italie (voir le curriculum vitae des stagiaires en annexe).
 
Ces cours ont permis aux restaurateurs d'approfondir leurs connaissances théoriques dans le domaine de la restauration de la pierre, du stuc, de l'argile et des matières organiques. Les notions de chimie qui ont été abordées avec les restaurateurs du musée pendant les sessions de formation leur ont permis de bien appréhender l’utilisation de certains produits nécessaires à la restauration, ainsi que leurs caractéristiques chimiques et la raison pour laquelle ils sont considérés comme bons ou mauvais pour la restauration des objets du musée
 
Chaque formation, qui comprenait environ 15 heures de théorie (réparties en quatre jours), a été réalisée, soit au musée, soit à la DAFA (voir le programme des cours de formation en annexe). Trois jours ont été réservés à la pratique sur les objets fournis par le musée. Grâce au directeur du Musée national d’Afghanistan, M. Omara Khan Massoudi, deux objets en argile (en provenance de la province du Logar) et deux objets en ivoire (en provenance de Begram) ont pu servir aux ateliers pratiques, ainsi que des peintures murales conservées dans un espace sécurisé du Ministère de l’information et de la sculpture.

A titre d’exemple, la première session de formation a été organisée comme suit :
 
▪ Théorie de la chimie de la restauration
- bases pour comprendre l'utilisation des produits de restauration (liaisons moléculaires, caractéristiques des solvants et des adhésifs, triangle Teas, Solubilité ...).
 - notions de réversibilité : étude des différents phénomènes chimiques qui peuvent expliquer pourquoi un produit est réversible ou non (définitions, différents adhésifs et caractéristiques, problème du vieillissement, réticulation, ...).
 - notions de conservation préventive, influence de l'environnement - appliquée à la conservation des sculptures (définitions, influence de la température et de l'humidité, pollution ....)

▪ Théorie de la restauration des sculptures
- étude des matériaux rencontrés dans la sculpture d'objets: pierre, stuc, argile, matières organiques (traitement de l'objet, altérations spécifiques ...).
 - différentes phases de traitement pour répondre aux changements rencontrés sur une sculpture, (de l'observation à l'intervention).
 

▪ Atelier pratique
 Observation et rapport-diagnostic opéré sur certains objets du Musée national (rédaction du rapport en groupes, élaboration des rapports finaux, élaboration des modifications des croquis ...), traitement des tests.

▪ Atelier à la DAFA
- intervenir sur des objets juste après la fouille archéologique (vue d'ensemble des traitements d'urgence en 2007 et 2008, conditions sur le terrain ...).
- présentation de la bibliothèque de recherche de la DAFA dans le cadre des travaux de conservation –restauration.
- présentation des produits et des outils disponibles à la DAFA.

Le contenu de ces différentes formations sera publié en 2009 sous forme de manuels en anglais et en dari, illustrés par des photographies, des exemples et l’exposé des problèmes rencontrés pendant les cours de formation.