Exposition Photographique




Exhibition Photo-2
Exhibition Photo-1
Exhibition Photo-3
Exhibition Photo-4
Exhibition Photo-6
Exhibition Photo-5


Cette sélection photographique des trésors du patrimoine afghan rassemble une partie des pièces prêtées par le Musée National d’Afghanistan depuis
2006 à l’occasion de l’exposition présentée à Paris, Turin, Amsterdam, Washington, San Francisco, Houston et actuellement New-York.
Elle a été réalisée grâce au concours de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan (DAFA), du Ministère de l’Information et de la Culture du Gouvernement Afghan et à la généreuse participation du Musée Guimet et de l’Ambassade de France en Afghanistan (SCAC). L’exposition  Afghanistan,  les  trésors  retrouvés,  collections  du  Musée National d’Afghanistan se propose de faire découvrir au public le patrimoine de quatre sites archéologiques majeurs : Tepe Fullol, Aï Khanoum, Tillia Tepe et Begram. Au-delà de l’aventure unique de ces trésors retrouvés, l’exposition rend hommage à l’histoire de l’Afghanistan, au centre de royaumes et d’empires qui se sont étendus de l’Asie centrale à l’Inde du nord.
Grâce à la présentation de 220 pièces, trouvés au cours de fouilles de la DAFA (Begram, Aï Khanoum et Balkh) et de l’expédition afghano-soviétique (Tillia Tepe), l’exposition permet de mettre en perspective l’évolution de l’histoire afghane, de l’Age du Bronze à l’empire des Kouchans. Bien que les objets présentés diffèrent par leur origine géographique et historique, ils illustrent la continuité, l’unicité et la richesse du patrimoine afghan, dans une région soumise à de multiples influences culturelles : iranienne et proche-orientale, indienne, scythe, chinoise et hellénistique. L’exposition s’est accompagnée de la restauration d’un grand nombre d’œuvres  par  des  restaurateurs  afghans  et  français,  en  vue  de  la réintégration  des  collections  au  Musée  National  d’Afghanistan.  En restaurant et en mettant en valeur le patrimoine afghan et les influences culturelles qu’il a subies, cette exposition unique rappelle la fragilité et la nécessaire protection de ces trésors, véritables lieux de mémoire du peuple afghan.


Tepe Fullol

En 1966, au sud de la ville de Baghlan, des vases d’or et d’argent furent trouvés fortuitement. L’intervention des autorités locales permit d’en récupérer une partie pour les collections du Musée National d’Afghanistan. La fouille archéologique du site montra que cette vaisselle constituait le dépôt funéraire. D’autres pièces, découvertes fortuitement ou lors de fouilles au Turkménistan, ont depuis enrichi ce corpus de vases précieux qui se retrouvent des frontières septentrionales et orientales de l’Iran, à la bordure occidentale de la vallée de l’Indus. Leur décor permet, par rapprochement avec l’art de la Mésopotamie, de dater ces objets de luxe entre 2200 et 1800 avant notre ère, période marquée par un grand dynamisme des échanges et par l’apparition d’agglomérations, dans les régions de l’Oxus et une partie des zones frontières iraniennes, à la très riche culture matérielle.


Aï Khanoun

Fondée par Seleucos 1er au bord de l’Amou-Darya, sur la frontière actuelle de l’Afghanistan et du Tadjikistan, Aï Khanoun, « l’Alexandrie de l’Oxus », devait contrôler militairement et administrativement les plaines orientales de la Bactriane, rempart de l’Empire d’Alexandre face au monde septentrional des steppes. Des travaux y furent menés par la DAFA de 1964 à 1978. La ville fut occupée de la fin du IV ème au milieu du II ème siècle avant notre ère, centre important du royaume indépendant de Bactriane. Palais aux chapiteaux corinthiens, gymnase, théâtre et céramiques inscrites en grec témoignent de la fidélité de ses habitants au modèle culturel grec, malgré parfois une symbiose réussie avec des traditions orientales. Le site est aujourd’hui dévasté car il fut l’objet de pillages à partir des années 1980.


Begram

Travaillant à Begram, à 60 km au nord de Kaboul, site de l’ancienne Alexandrie du Caucase puis de la capitale du royaume de Kapiça à l’époque Kouchane, les archéologues de la DAFA y mirent au jour, entre
1937 et 1939, un trésor. Découvert dans deux chambres entièrement scellées, il rassemblait, entre autres objets luxueux et de curiosité, des laques chinoises, un ensemble spectaculaire de verres gréco-romains, des bronzes aux formes hellénistiques et des ivoires d’origine indienne. L’ensemble pourrait dater du 1er siècle et serait légèrement antérieur au règne de Kanishka pour qui Begram servit de résidence d’été. Il témoigne
 
d’une culture aux références hellénistiques toujours vives mais qui, curieuse, s’ouvre aussi largement aux mondes chinois et indien.


Tillia Tepe

Découvert en 1978 par une mission soviéto-afghane, le trésor de Tillia Tepe, la « colline de l’or », correspond aux parures funéraires ornant les corps d’un guerrier et de cinq femmes.
Spectaculaires, ces bijoux témoignent du raffinement des populations nomades qui, aux environs du 1er siècle, par vagues successives, franchirent l’Amou-Darya en provenance du Nord ou du Turkestan. Ils révèlent l’existence d’échanges avec la Chine, les mondes indien et romain mais aussi, dans les formes et les motifs eux-mêmes, avec les régions du Bosphore et de Russie méridionale où s’étaient épanoui l’art des Scythes occidentaux.


1922 - 2009 : l’œuvre de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan

La DAFA a été créée en 1922, à la demande du Gouvernement Afghan, pour assurer les recherches archéologiques en Afghanistan. Après une interruption des recherches durant la seconde guerre mondiale les travaux ont repris en 1946 jusqu'à sa fermeture en 1982. En 2002, en accord avec le Ministère de l’Information et de la Culture du Gouvernement Afghan, le Ministère des Affaires Etrangères décide la réouverture et le redémarrage des activités de la DAFA en Afghanistan. La mission de la DAFA est tout d'abord de développer la connaissance du riche passé de l'Afghanistan dans le cadre d'opérations archéologiques franco-afghanes. Elles consistent en la poursuite de l'inventaire des vestiges archéologiques (prospections, relevés, etc.) ainsi que la conduite de fouilles dans le cadre de programmes scientifiques définis ou d'impératifs de sauvetages essentiellement liés aux pillages des sites. La formation des professionnels afghans du patrimoine, la protection, la restauration et la mise en valeur du patrimoine afghan constituent les autres missions de la DAFA.


Chronologie des fouilles

1922
Accords entre la France et l’Afghanistan, création de la DAFA à l’instigation du roi Amanullah. Alfred Foucher en est le premier directeur. Exclusivité des fouilles pour une durée de 30 ans, clause de partage entre les deux pays.


1924
Début des fouilles d’Alfred Foucher à Balkh, première mission de Joseph Hackin en Afghanistan.


1926
Reconnaissance de Jules Barthoux au Nord-Est, début des fouilles de Hadda.



1928
Fin des fouilles de Barthoux à Hadda.
 


1930
Recherches archéologiques à Bamiyan (Joseph Hackin, Jean Carl).


1932
Joseph Hackin, Fouille de Bamiyan, Croisière Jaune.


1934
Fouilles de Khair Khaneh, site d’époque hindu-shahi.


1936
Reconnaissance au Séistan afghan (sites islamiques et protohistoriques).


1937
Découverte du « Trésor » de Begram, fouille de Fondukistan et fouille de Shotorak, sites bouddhiques.


1946

Renégociation des accords instituant la DAFA (la clause de l’exclusivité est annulée).


1949
Fouille de Lashkari Bazar, site d’époque ghaznévide et ghoride (Daniel Schlumberger).


1951
Fouilles de Mundigak, Age du bronze (Jean-Marie Casal).


1952
Fouille de Surkh Kotal, site kouchan (Daniel Schlumberger).


1957
Reconnaissance du minaret de Djam, époque ghoride (André Maricq).


1964
Aï Khanoum, prospection préliminaire (Daniel Schlumberger, Paul Bernard).


1965
Premières fouilles sur le site d’Aï Khanoum (Paul Bernard).


1966
Premières fouilles de l’Institut archéologique afghan à Hadda.


1976
Fouilles de Shortugaï (Henri-Paul Francfort).


1978
Découverte du Trésor de Tillia Tepe, mission soviéto-afghane.


1982
Suspension des accords instituant la DAFA.


2003
Réouverture de la DAFA. Les accords de partage ne sont pas repris, fouilles à Bamiyan
(Zemaryalai Tarzi).


2004
Début des fouilles à Balkh, Tepe Zargaran (Roland Besenval).


2005
Fouilles du stupa d’Al Ghata (Wardak) et poursuite des fouilles à Balkh :
complexe gréco-kouchan, niveaux achéménides.