Diagnostic archéologique 
Etude du Bala Hissar de Kaboul

 
bala-hissar-1
zoning-1
Bala-Hissar-2


Le Bala Hissar est un des principaux vestiges encore subsistant du Kaboul médiéval. Ce monument a fait l’objet de nombreuses descriptions et études historiques qui se sont avant tout interessées aux occupations islamiques du site. Pourtant il est généralement admis que ce site a été fortifié dès les Véme et VIéme siècle, même si jusqu’à présent aucun élément archéologique ne venait fonder cette hypothèse. Cette date est également celle qui est retenue pour les premiers états du rempart de la ville dont les restes sont encore visibles sur la crête rocheuse (Sheer e Darvazeh) au pied de laquelle se trouve le Bala Hissar et la vieille ville de Kaboul.

Le site archéologique le mieux connu à proximité du Bala Hissar est celui de Tepe Maranjan exploré dès les années 30 par la Délégation archéologique française en Afghanistan et où un vaste complexe de monastères bouddhistes a été identifié. Plus près, dans la vieille ville, à très faible distance du Bala Hissar on peut observer des anomalies topographiques qui pourraient être l’indice d’occupations anciennes mais qui ne semblent pas avoir fait, jusqu’à présent, l’objet d’observations archéologiques.

En 2007 des travaux préparatoires entrepris par le Ministère de la défense sur le site du Bala Hissar motivèrent l’intervention du Ministère de la Culture. La nature des travaux ainsi que  la localisation des bâtiments projetés étaient en effet potentiellement préjudiciable à la conservation des niveaux archéologiques de ce site.

A la demande du Ministère de la Culture  et de l’Institut Afghan d’Archéologie il fût demandé à la DAFA d’apporter son concours à une évaluation archéologique du site de manière à établir la nature et l’épaisseur des dépôts archéologiques rencontrés sur le site et de proposer les éléments d’un zonage archéologique déterminant le degré de sensibilité des différentes zones archéologiques proposées.

L’étude que nous avons conduite avec l’Institut national d’archéologie donne les premiers éléments d’un zonage archéologique du Bala Hissar ainsi qu’une identification du potentiel archéologique. Nous avons ainsi individualisé une zone de forte sensibilité archéologique couvrant l’essentiel de la zone du Bala Hissar (moins le secteur de la Citadelle) et une zone de plus faible sensibilité archéologique.


Financements : DAFA

Partenaires : Ministère de l’information et de la culture, Ministère de la défense

Direction: Philippe Marquis

Topographie : Yves Ubelmann